Boutonnières « buttonholer » de Singer

Je rencontre toujours le même soucis avec la confection des boutonnières.

Pour y remédier j’utilise pour la 1ère fois le système de « buttonholer » de Singer. Il existe plusieurs modèles.

Pour les photos j’ai utilisé les 2 modèles que j’ai.

Celui-ci contient 5 gabarits de boutonnières (cames), 1 plaque d’aiguille avec sa vis de fixation. Cette plaque recouvre les griffes d’entrainement.

Le système de boutonnières se fixe au  au pied presseur et la fourche se cale au niveau de la vis du serre aiguille.

J’ai choisi une boutonnière avec en forme  de serrure (came de droite).

Au dos de la came il y a un la longueur de la boutonnière en inch et un gabarit de la boutonnière finie ce qui permet de choisir la bonne boutonnière.

La came correspondante est insérée dans l’appareil.

Et le système est fixé à la barre du pied de biche comme ci-dessous.

Le tissus à travailler est passé entre la plaque qui recouvre les griffes et le gabarit du système.

Le bouton blanc avec le « S « de Singer sert à positionner le gabarit au bout de la boutonnière qui va être cousue. Pour ce modèle se sera la partie arrondie en forme de serrure

Le début de ma boutonnière sera à la hauteur du point que j’ai fait au crayon.

Tenir les fils  du début du travail et y aller doucement.

Le choix de la largeur de point se fait sur le côté du système.

J’ai un peu tout essayer et c’est le « 6 » qui me convient.

Le premier passage n’est pas terrible, mais il faut toujours un 2ème passage.

Au 2ème passage je suis satisfait de la boutonnière.

Comme ce système est un modèle des années 1948 et que ma machine n’a pas de zigzag, c’est le système avec la came installée qui fait le zigzag, pas l’aiguille.

J’ai même essayé avec un velours de soie en double épaisseur.

Voilà le résulta.

Et avec une autre came pour une boutonnière très petite.

Il y a quelques tutoriels en anglais sur le net. Ils sont clairs, bien filmés et compréhensible.

Le livret explique comment faire de longues boutonnières, des boutonnières comme faite à la main etc.

Je vous recommande vivement de les regarder pour aller plus dans le détails.

Avec un peu de pratique je suis convaincu et pour le moment je ne voudrais faire mes boutonnières autrement.

 

Bonne couture

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Justaucorps Louis XIV période 1700

Le temps passe vite entre mes activités et la réalisation de ce costume Louis XIV de la période 1700.

Le gilet est aussi un modèle 1700. La culotte est un modèle 1690 revisitée pour l’ouverture aux côtés des canons pour y placer des boutons.

J’ai décidé de réaliser la chemise, gilet, culotte et justaucorps.

La chemise est en lin. J’aurais dû utiliser un lin plus fin. La prochaine fois sans doute.

Après une prise de mesures, j’ai tracé un patron selon les « principes » de l’époque.

tiré du livre de Elizabeth Friendship Pattern cutting for men’s costume

Le gilet est assez simple à réaliser. Par contre il faut quand même prendre le temps de réfléchir 2 minutes pour un bon montage.

Il est composé de 2 parties devant et de 2 partie pour les pièces du dos.

J’ai décidé de faire un laçage  qui débute de la carrure dos jusqu’en dessus de la taille. Je n’avais pas envie de coudre des lacets pour ajuster le dos.

Une fois le gilet terminé je peux passer au justaucorps.

1ère toile pour un premier essayage.

Comme d’habitude se sont les manches qui donnent le plus de travail.

 

J’ai donc pris le temps de refaire une autre toile avec les corrections. Après 3 essayages ma toile définitive est prête.

Je profite de mon élan pour la relever tout mon patron avec corrections sur du papier kraft.

J’ai trouvé une soie mélangée avec de la viscose (tissus ameublement)

pour réaliser le justaucorps.

 

Surprise le tissus est un peu plus souple que prévu. De plus il s’effiloche pas mal. Je rigidifie mes pièces en les toilant avec de la toile tailleur « lourde ». je marque chaque pièces et points importants au fils de bâti (double).

Ensuite je glace chaque pièce de tissus sur la toile tailleur. Traçage des patrons. Commence alors l’ exercice des raccords.

Bonne surprise j’y ai passé moins de temps que prévu. Autre bonne surprise, la craie jaune se voit assez bien sur l’envers du tissus.

Les marquages sur la toile tailleur sont fait  au crayon à papier (vraies et fausses boutonnières, raccords etc.).

Pour faire les choses dans l’ordre, je dois commencer par faire les poches et les rabats.

Sur les rabats, il y a les fausses boutonnières en soutache « vieil or ».

La même soutache est placées pour chaque boutonnières

Devant;  6 vraies boutonnières. Elles partent de  la hauteur du rabat de poche en descendant vers l’ourlet  et … fausses boutonnières.

J’ai travaillé les boutonnières avant de poser la doublure.

Entre chaque vraies boutonnières je place une chute de doublure (taffetas de soie crème).

Le justaucorps se boutonne sur 2 à 6 boutons à la hauteur du ventre.

Côtés; 2 x 10 vraies boutonnières

ouverture milieu dos; 2 x 11 fausses boutonnières

et revers de manches; 2×5 fausses boutonnières.

Pour chaque boutonnières il y a les boutons, sauf pour l’ouverture milieu dos qui n’a que des boutons. C’est un choix personnel.

Sur ce costume, la taille est descendue d’environ 6 cm par rapport à la taille réelle. Cette taille « basse » est aussi la marque pour positionner le rabat de poche.

Une fois toutes les soutaches cousues à la main (environ 22 m…) je pose un passepoils satin rouge vif.

J’ai vu ce détail sur un tableau. Personnellement je trouve que le tissus est souligné.

Contrairement à ce que je fait d’habitude avec un passepoil ton sur ton,  je ne vais pas en poser sur les coutures  de côté, d’épaules ainsi que sur la couture du milieu dos et celles des manches.

Par contre je l’ai fait pour le bord du revers de manche.

 

Le passepoil est rabattu à grands points sur la toile tailleur.

Je vais couper la doublure en laissant plus de surplus de couture afin de pouvoir mieux la placer sur  l’envers de la veste.

Toutes les coutures pour poser la doublure sont faites à la main au point arrière. Il n’y a que la couture du milieu dos et les coutures des manches qui sont faites à la machine, c’est beaucoup plus simple.

Sur une veste où toutes les boutonnières sont ouvertes j’aurais placé ma doublure plus en retrait à l’intérieur de la veste. Pour ce modèle j’ai fait une découpe que je couds une fois de plus à la main.

 

 

Je n’ai pas pris le temps de faire des photos à chaque étape. La prochaine fois peut-être.

Les détails pour la réalisation de la culotte 1690 suivent dans un prochain article.

A bientôt.

 

 

 

 

 

Bonjour

Bonjour à tous,
Après plusieurs mois de travaux, d’un piratage et de travail, je peux ENFIN reprendre mon blog.

Le prochain projet pour cet automne sera un costume Louis XIV de la période 1680-1690.

Mon choix c’est porté sur ce type de Justaucorps.

Comme base de patron je vais utiliser le diagramme ci-dessous.

tiré du livre de Elizabeth Friendship Pattern cutting for men’s costume

J’ai trouvé un brocard or pour le justaucorps

et un autre de soie rouge et or pour le gilet et les revers de manches